Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

mercredi 9 mai 2012 | Par B. Dedeban, G. Da Ré, N. Fréchou, J-C. Sellin, N. Stoll, R. Bages

Pour l’efficacité du Front de gauche, nous voulons des candidatures plurielles à Toulouse

Logo du Front de gauche.

Les résultats du Front de gauche à Toulouse sont très bons. Nous sommes la 3e force politique de la ville, loin devant le FN (10,34 %). Avec 16 %, le Front de gauche, grâce à la dynamique de l’ensemble de ses composantes, réalise près de dix fois le score du PCF en 2007. L’addition de nos forces donne au bout du compte une force multiplicative.

 

L’onde de choc du meeting place du Capitole, a aussi joué un rôle important pour crédibiliser la dynamique de notre rassemblement en valorisant notamment la présence de Myriam Martin,
ancienne porte-parole nationale du NPA. Avec d’autres dirigeants nationaux et locaux de la Gauche anticapitaliste, cet important courant du NPA a apporté son soutien à Jean-Luc Mélenchon et au
Front de gauche. Des dizaines de leurs militants ont contribué à l’organisation du meeting à nos côtés puis se sont portés volontaires sur les bureaux de vote.

 

Les résultats du 22 avril attestent sans conteste de l’apport de toutes les composantes au succès commun sur la base d’un élargissement continu depuis 2009.

Mercredi 25 avril, un nouveau cap a été franchi puisque la GA 31 a proposé la candidature de Myriam Martin au Front de gauche pour les élections législatives.

 

Depuis septembre 2011, le relevé national de conclusions sur les législatives pointe un désaccord sur Toulouse. Aucune des grandes villes de France ne connait une telle situation où une seule
organisation monopolise l’ensemble des circonscriptions.

 

Si le pluralisme et la dynamique d’élargissement ont fait notre force à l’élection présidentielle ; le monolithisme risque, au contraire, d’affaiblir le Front de gauche sur Toulouse. C’est inefficace, d’autant qu’il y a que très peu de probabilité d’être élu.

L’important résultat de François Hollande sur Toulouse ce 6 mai (62,5 %) renforce l’idée d’être plus efficace, encore plus attractif en garantissant l’élargissement et le pluralisme. Plusieurs composantes du Front de gauche partagent ce point de vue ; de nombreux militants aussi.

 

Le 4 mai, au cours d’une réunion avec le Front de gauche, les camarades de la GA ont indiqué qu’ils partagent globalement notre projet et notre stratégie. Ils s’inscrivent dans une dynamique
d’intégration du Front de gauche et démissionneront du NPA. Des discussions nationales sont en cours sur quatre circonscriptions dont Toulouse.

Au regard du caractère historique de ce courant, de la signification de leur démarche, de leur implantation sur Toulouse, des conditions politiques réunies, ils doivent avoir toute leur place dans la représentation politique de notre rassemblement. C’est un message fort à envoyer à ces dizaines de milliers de nos concitoyens toulousains, de sensibilités diverses, qui se tournent vers nous.

 

Ce mouvement doit donc s’amplifier pour les législatives. Un signe très fort doit donc être envoyé à Myriam Martin et à ceux qui se reconnaissent dans sa démarche.

 

Le PCF31 a les clefs en main pour débloquer la situation lors de son conseil départemental du 9 mai. Rester en l’état signifierait une impossibilité d’affichage et de réappropriation unitaires ; la représentation de l’élargissement incarnerait, au contraire, les conditions de l’unité et de la pluralité. Même si le temps nous est compté, c’est le moment d’en sortir par le haut.

Catégories Communiqués, Opinions