Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

lundi 21 mai 2012 | Par Front de gauche

Rassemblement solidarité peuple grec, mercredi 23 à Toulouse

Logo de SYRIZA

Le succès remporté par SYRIZA aux législatives grecques du 6 mai est un événement pour toute l’Europe. Cette formation de la gauche radicale a multiplié par quatre son résultat précédent. Elle devient la deuxième force du pays et la principale force d’opposition aux politiques de la « Troïka » (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) relayées par les partis du centre, gauche et droite réunis. Dans un pays en décomposition accélérée, où les néonazis gagnent du terrain, elle incarne la seule lueur d’espoir. Face à la dégénérescence de l’Europe néolibérale, c’est par Athènes que passe aujourd’hui la résistance à la finance et la construction de l’alternative.

 

SYRIZA agit contre les mesures d’austérité mais souhaite que la Grèce reste dans l’Union européenne et la zone euro. Responsables politiques et médias se déchaînent contre SYRIZA et son porte-parole Alexis Tsipras, avec une violence sans précédent. L’Union européenne et les autorités grecques porteraient l’entière responsabilité de dérives violentes contre le peuple grec, ses organisations de résistance et ses dirigeants.

 

François Hollande va-t-il s’aligner sur Angela Merkel et Jörg Asmussen de la BCE qui considèrent qu’ « il n’y a pas d’alternative » aux réformes exigées par la Troïka ? Il n’y aurait dès lors que deux solutions : soit une solution autoritaire qui réduirait la Grèce à un protectorat, comme le suggère Jean-Louis Trichet, soit expulser le pays de l’Euro, entraînant la dislocation géopolitique du continent.

 

Il faut au contraire, comme SYRIZA l’y invite, relégitimer l’Europe par le haut, avec la réalisation d’objectifs de convergence sociale et de transformation écologique. Un tel engagement impose de rompre le consensus avec la droite européenne, de prendre des mesures immédiates d’annulation de la dette qui étrangle le peuple grec et d’assumer une crise politique au sommet.

 

L’enjeu est d’établir une brèche dans les politiques libérales en soutenant la gauche radicale grecque. Cette solidarité peut devenir, pour les nouvelles générations, un puissant levier de mobilisation internationaliste (comme le fut le soutien au Viêt Nam pour la génération 68).

 

Le Front de gauche appelle à se rassembler mercredi 23 mai à 18 heures place Saint-Étienne.

 

En soutien à SYRIZA,

En soutien au peuple grec et aux mobilisations sociales.

Catégories Communiqués, Evénements