Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

lundi 29 octobre 2012 | Par Romain Jammes

A Toulouse, 1200 personnes sont venues demander « Le changement, c’est pour quand ? »

Photo de la manifestation, avec une partie du cortège et les trois musiciens du Parti de gauche sur la camionette.

Alors que les élus socialistes se félicitaient de l’action du gouvernement en huit clos, 1200 personnes sont venues manifester leur mécontentement dans les rues de Toulouse. À l’appel
du collectif pour un audit citoyen du 31 et d’autres organisations, les salariés de Sanofi et de France 3 Régions ont ouvert la marche depuis la place Esquirol. Un paradoxe alors que
de nombreux intervenants au congrès rappelaient tout leur soutien à l’action de Jean-Marc Ayrault et d’Arnaud Montebourg sur ces dossiers.

 

La mobilisation du Front de gauche et du Parti de gauche a été très remarquée. Malgré le refus du PCF de signer l’appel, des militants communistes ont bravé le froid et se sont joints
au cortège comme Marie-Pierre Vieu.

 

Malgré l’auto-satisfecit du parc des expositions, l’action du gouvernement fait de nombreux mécontents chez les salariés et les forces de gauche. De nombreuses promesses ont été faites
pendant la campagne présidentielle. Si nous, le Parti de gauche, n’étions pas dupes de la politique qu’allait mener le gouvernement PS, l’inaction face à la succession des plans de
licenciements n’est pas acceptable.

 

Nous ne voulons de ministres paradant avec MEDEF mais sourds aux revendications des organisations syndicales. Il est temps de relancer l’économie et de mettre un terme à cette
politique macabre de l’austérité. L’urgence n’est pas au remboursement de la dette aux banques privées mais à une politique d’affrontement avec les logiques libérales.

 

Le Front de gauche a participé à la défaite de Nicolas Sarkozy, nous exigeons aujourd’hui que des mesures d’urgence sociales et économiques soient prises :

  • Augmentation des salaires et des minimas sociaux
  • Interdiction des licenciements boursiers
  • Suppression des niches fiscales socialement inutiles
  • Droit de préemption des salariés en cas de fermeture de leur entreprise
Catégories Evénements