Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

vendredi 21 décembre 2012 | Par Romain Jammes

Les élus du PG n’acceptent pas le désengagement de l’Etat vis-à-vis des collectivités locales

Logo de La Gauche par l’exemple, l’association des élus du PG et apparentés

Ce jeudi 20 décembre, les budgets de Toulouse-Métropole et du Conseil régional Midi-Pyrénées ont été votés. Lors des deux assemblées, les élus du PG ont dénoncé l’austérité imposée par le gouvernement et le désengagement de l’État dans les collectivités locales.

 

En effet, la loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 jusqu’à 2017 entérine le gel puis prévoit une baisse des dotations de l’État aux collectivités locales. C’est en tout 2,5 milliards d’euros sur deux ans qui ne seront plus distribués avec des conséquences directes sur l’économie locale. Pour la seule ville de Toulouse, au moins 12,5 millions seront perdus sur trois ans.

 

Au Conseil régional, le Front de gauche a déposé six amendements pour renforcer l’aide aux populations en difficulté dans cette période compliquée. L’ensemble des amendements ont été refusés sans débat. Les élus du PG, ainsi que la majorité des élus du Front de gauche se sont donc abstenus.

 

> voir ici : l’intervention de Nicole Fréchou, conseillère régionale PG

 

À Toulouse, le PG a demandé une dissociation de vote entre les recettes et les dépenses. Jean-Christophe Sellin, conseiller municipal PG, s’est donc abstenu sur les recettes pour dénoncer un État qui « organise sa propre paupérisation ».

 

> voir ici : la déclaration de Jean-Christophe Sellin, conseiller municipal PG et membre du bureau de Toulouse-Métroppole

Catégories Autres, Médias, Opinions