Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

mercredi 9 octobre 2013 | Par Rémi Vincent

Alcatel-Lucent : l’industrie de pointe française toujours entre les griffes des vautours de la finance

alcatel_0

La direction du groupe franco-américain Alcatel-Lucent, l’un des meilleurs au monde en matière de télécommunications, vient d’annoncer un énième plan de licenciements à l’échelle mondiale, qui concernerait 900 emplois en France, dont 110 à Colomiers.
 
Le gouvernement impuissant de Jean-Marc Ayrault vient d’annoncer qu’il serait « particulièrement vigilant concernant ce plan social », tout en reconnaissant qu’il était nécessaire.
 
Il fut pourtant un temps où Alcatel était un fleuron de l’industrie française des télécommunications, producteur de milliers de brevets et de technologies de pointe, notamment celles liées au câblage sous-marin, constituant l’un de nos principaux outils de communication vers l’extérieur.
 
Les difficultés financières dont souffre l’entreprise ont plusieurs origines : l’interdiction par l’UE de protéger nos industries et de leur réserver des marchés intérieurs, l’obligation d’emprunter aux banques privées à des taux trop élevés et pour Alcatel-Lucent en hypothéquant ses 29 000 brevets, et enfin l’absence de contrôle et de direction stratégique de la part de l’État français.
 
Le Parti de gauche fait des propositions, pour redresser la situation de cette entreprise et empêcher les licenciements :

  • La France soit rompre avec les traités européens qui ne protègent jamais les intérêts des pays membres, par l’absence de tout protectionnisme.
  • La France et l’Union européenne doivent cesser ces politiques d’austérité qui contractent la demande intérieure et nuisent aux carnets de commande de nos entreprises.
  • Un pôle public d’investissement doit permettre aux entreprises d’emprunter à taux réduits afin de ne pas se livrer aux intérêts des banques, qui sont opposés à l’intérêt général.
  • La France doit entrer dans le capital d’Alcatel (nationalisation partielle) pour en reprendre le contrôle et la sauver de cette catastrophe.
  • La nouvelle direction de l’entreprise devra continuer ses efforts de recherche et développement vers ces technologies du futur (liées principalement aux réseaux Internet : fibre optique, 4G, informatique dématérialisée…).

C’est par cette nouvelle politique industrielle que nous serons en capacité de préserver la qualité de nos entreprises de pointe, de recréer les milliers d’emplois détruits par le libre-échange et les privatisations et de frapper fort la finance !
 
> Retrouvez l’article de Rémi Vincent, militant du PG à Colomiers, sur son blog.

Catégories Communiqués, Opinions