Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

lundi 14 octobre 2013 | Par Jean-Christophe Sellin

A l’heure des bilans, voici le mien

onct-valence
Compte rendu de délégation de Jean-Christophe Sellin
Conseiller délégué aux musiques de mars 2008 à janvier 2013

 
« Ce n’est pas parce que l’on frise le poil d’un tigre qu’on le transforme en caniche »
— Proverbe oriental


 
Pierre Cohen m’a retiré ma délégation après mon abstention sur le budget 2013. Raison invoquée : la « solidarité municipale ». On me demandait en réalité de me lier à une solidarité gouvernementale et aux restrictions imposées au peuple et aux collectivités par un certain Jérôme Cahuzac, alors ministre du budget (et de « l’enrichissement personnel »).
 
Être élu, cela comporte des droits, comme n’importe quel citoyen dans une démocratie, notamment celui de la liberté de conscience et de vote. Un élu a aussi le devoir de rendre compte précisément de son mandat.
 
Par la force des choses et des événements, ce qui aurait pu être un bilan de conseiller délégué au sein d’un collectif (d’ailleurs très relatif) ne sera finalement qu’un bilan individuel.

Voici ce qui a été réalisé sur la base de mes propositions*

(*Je tiens à disposition mes notes et projets pour accréditer ce bilan.)

Orchestre National du Capitole de Toulouse (ONCT)

Aider la principale institution culturelle de Toulouse à exprimer l’excellence et à favoriser son projet artistique et culturel pour les toulousains, aux dimensions de l’ONCT et de la ville.

  • Renouvellement du contrat de Tugan Sokhiev, chef d’orchestre et directeur musical, en 2008 puis en 2011 (avec un contrat exceptionnel de 5 ans).
  • Revalorisation des personnels, réorganisation du temps de travail, protocole orchestre / opéra pour articuler les programmations sur plusieurs saisons.
  • Créations de 21 postes de musiciens permanents pour porter l’orchestre à 125 musiciens et ainsi redimensionner l’orchestre pour lui permettre de mener son projet culturel et artistique à Toulouse et à l’Iinternational en menant par exemple des triples programmations (symphonique, lyrique et pédagogique).
  • Ouverture de la saison avec deux concerts réservés aux agents de la ville, permettant ainsi aux catégories les plus modestes de participer gratuitement à au moins un concert de l’ONCT dans l’année (en moyenne 3500 agents y participent) comme ce fut le cas pour la 6e fois consécutive ce 18 septembre 2013.
  • Place à 5 euros pour les jeunes et les chômeurs avec une augmentation de 40 % de fréquentation dans les catégories concernées.
  • Doublement des concerts avec 95 concerts au lieu de 47 en début de mandat, avec 2 mois de tournée par an participant activement au rayonnement de Toulouse et de son image de grande ville culturelle.
  • Projet audiovisuel international sur tous médias (exemple : 30 jours de connexion gratuite sur la chaîne Medici dans 100 pays avec 100 000 visionnements !)

Conservatoire à rayonnement régional

  • Ouverture du Conservatoire sur l’extérieur en synergie avec les autres institutions et festivals de la ville (orchestre, opéra, conservatoire occitan, Toulouse Les Orgues).
  • Dispositif de sensibilisation et d’orchestres à l’école pour plus de 1 000 élèves toulousains à partir des antennes de quartier du conservatoire et en s’appuyant sur l’expérience El Sistema / Venezuela (délibération no68 de ce CM du 20/09)
  • Création de la classe de musique traditionnelle, entre le CRR et le COMDT (Conservatoire Occitan, Musique et Danses Traditionnelles).

Toutes les musiques pour tous les publics

  • Création des pauses musicales, concerts gratuits du jeudi midi (à l’Ostal Occitania au printemps et en été, à la salle du Sénéchal à l’automne et l’hiver). Les pauses musicales sont un symbole de démocratisation culturelle et de valorisation de la scène toulousaine, jusqu’à être présentes dans le Festival Toulouse d’été, dans Toulouse Plage et dans la Novéla. Depuis 2008, 300 concerts gratuits ont été organisés et financés par la ville (avec une communication en bilingue, en français/occitan à plusieurs milliers d’exemplaires pour chaque concert à l’Ostal Occitania).
  • Financement de la culture « non institutionnelle » en 2009 avec 1,2 millions d’euros supplémentaires repris sur le budgetivore Théâtre du Capitole permettant notamment de soutenir davantage l’Orchestre de Chambre de Toulouse, le Festival « Passe ton Bach d’abord » et les autres musiques comme les musiques actuelles.
  • Valorisation de la filière des musiques actuelles (enregistrement, production, diffusion) jusqu’à l’ouverture de la salle des musiques actuelles, le Métronome à Borderouge (qui n’est pas une idée de moi).
  • Mutualisation de l’équipe Rio Loco sur le travail des Musiques actuelles toute l’année et pas seulement sur le festival pendant quelques jours.
  • Changement de la conception fête de la Musique sur la place du Capitole et dans toute la ville en valorisant toutes les musiques de la scène locale (alors que la municipalité précédente avait réduit l’événement à un « dance floor » commercial place du Capitole)

Éducation artistique

  • Conception du Parcours culturel gratuit qui, à juste titre, fait la fierté de la ville et du Maire. Le Parcours culturel gratuit / Passeport pour l’Art a d’ailleurs été valorisé par la Ministre de la culture ce lundi 16 septembre au Musée du Louvre à Paris. Le Passeport pour l’Art permet aujourd’hui à 20 000 élèves de la grande section de maternelle au CM2 d’être sensibilisés à toutes les esthétiques artistiques. C’était une idée que j’avais déjà proposée pendant la campagne de la gauche en 2001.

Mes regrets (les projets présentés, refusés ou bloqués)

  • Les nouveautés (comme bureau des festivals et maison du jazz).
  • La Mounède (maison des musiques du monde et carrefour de développement des projets en lien avec les projets des habitants du Mirail et les entreprises voisines).
  • Le projet de l’étoile à cinq branches pour la prison Saint-Michel (déjà porté en 2001).
  • Le projet San Carles porté par Claude Sicre, Magyd Cherfi et Bleu Citron.
Catégories Uncategorized