Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

mercredi 30 octobre 2013 | Par pg31.fr

Portrait de Jean-Christophe Sellin, tête de liste de la liste « Place au Peuple » sur le site du Journal Toulousain

Sellin-300x258

Candidat de « la radicalité concrète »
 
Depuis l’âge de 16 ans, Jean-Christophe Sellin est engagé en politique. Ce proche de Jean-Luc Mélenchon a participé à la création du Parti de Gauche, puis du Front de Gauche. Aujourd’hui, il se lance pour la première fois dans la course aux municipales en tant que tête de liste. Une forte tête, pour un Front quelque peu désuni…
 
Jean-Christophe Sellin n’est pas homme de concession. Quand il a quelque chose à dire, il le dit. Cela lui a coûté sa délégation d’adjoint, lorsqu’il a refusé de voter le budget de la municipalité actuelle. C’est également ce qui l’a motivé à quitter le Parti socialiste en 2008, pour créer avec Jean-Luc Mélenchon le Parti de Gauche. Après douze ans passés au sein du PS, il est arrivé au constat que ce parti « était converti à la ligne de l’adaptabilité du capitalisme au niveau français et européen. » A partir de là, il n’était plus possible selon lui, « de l’aiguiller vers la gauche. » La fracture commence en 2005, avec la bataille du « non au Traité européen » qu’il mène avec le groupe (interne au PS) « Pour la République sociale ». « Ce petit groupe était en quelque sorte un cahier de brouillon de Parti de Gauche », explique-t-il. L’étape d’après était de « donner une réponse politique unifiée » avec le Front de Gauche. Mais à l’approche des élections municipales, cette unité semble mise en danger. Dans plusieurs villes de France, dont Toulouse, les communistes affichent leur volonté de s’allier avec les majorités socialistes. « C’est un désastre pour la lisibilité du Front de Gauche », estime Jean-Christophe Sellin, qui appelle les militants communistes à voter pour le choix d’une liste autonome (lors des élections internes du PCF 31 prévues le 15 et 16 novembre).
 
Source

Catégories Autres, Médias