Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

mardi 11 mars 2014 | Par le groupe FdG au conseil régional

Communiqué du groupe Front de Gauche au conseil régional Midi-Pyrénées

fa

Ce jeudi 13 mars, l’Assemblée Plénière du conseil régional Midi-Pyrénées examinera des sujets centraux qui font débat même au sein de la majorité, notamment sur des questions écologiques et d’aménagement du territoire.

L’axe Castres-Toulouse

La liaison routière Castres-Toulouse va faire l’objet d’une délibération de l’assemblée. La mise en concession proposée écarte d’emblée l’aménagement de l’axe existant qui est pourtant la solution la moins coûteuse et la plus utile aux populations locales réunies dans un collectif, et qui ne cesse de faire des propositions depuis plusieurs années. Cet aménagement serait également le mieux adapté au respect de la biodiversité de la région, notamment dans la vallée du Girou.
 
Pire, la présidence est favorable au projet de 2×2 voix en concession, ce qui entre en totale contradiction avec l’engagement pris par Martin Malvy au moment des débats sur le schéma national des infrastructures de transports en 2011.
 
Ce projet, qui pourtant n’a pas été retenu dans le rapport « mobilité 31 », comporte des coûts imprévisibles au regard du flux et de l’impact du prix rédhibitoire (15 euros l’aller-retour de 70 km) et des subventions d’équilibre qui devront s’y associer. Les poids lourds devront s’acquitter d’un péage de 36 euros, ce qui risque de favoriser leur passage au centre des villages comme il y a plus de 15 ans, mettant en danger les habitants, alors que des solutions de ferroutage ou de frêt devraient être étudiées. Le scénario à craindre est celui de l’autoroute Langon-Pau.
 
Il est prévu pour, au plus tôt 2020 ou 2030, mais pendant ce temps cela bloque tout autre moyen qui pourrait être mis en oeuvre rapidement afin d’en terminer l’aménagement. Après les contournements de Verfeil ou Puylaurens, ne resteraient que les points noirs de la zone de Mélou et la sortie de Saix, le temps gagné sur l’ensemble du tracé serait ainsi réduit de 1O mn. De plus, ces aménagements, déjà payés par les contribuables, seraient intégrés dans la concession, laissant les automobilistes libres de choisir entre un itinéraire sécurisé mais payant, et l’ancienne nationale non aménagée.
 
Les élu-e-s de Front de Gauche se sont toujours opposés à cette proposition est soutiennent la mobilisation du collectif RN 126. C’est dans ce sens qu’ils interviendront lors de ce débat.

Zone humide du Testet

Le Front de Gauche propose également un vœu pour que le projet de barrage de Sivens soit réétudié. Il prévoit la destruction de 18 hectares de « zones humides » essentielles à la préservation de la biodiversité en Midi-Pyrénées. Une centaine d’espèces protégées y sont recensées.
 
Ce projet est en totale opposition avec le schéma régional de cohérence écologique dans lequel la préservation des zones humides est une priorité et une nécessité pour l’équilibre de la biodiversité. Pourtant des scénariis alternatifs existent afin de permettre l’accès à l’eau des 25 agriculteurs qui en ont besoin pour quelques 300 hectares de maïs. C’est toute la question de la transition écologique indispensable qui est mise en débat.
 
Le Groupe Front de Gauche demande à ce que la question soit réexaminée à la lumière des nouveaux éléments et que soit protégée cette « zone humide » essentielle à l’éco-système local.

Catégories Communiqués