Bienvenue sur le site du Parti de Gauche en Haute-Garonne.

dimanche 23 novembre 2014 | Par Manuel Bompard

Luchon-Montréjeau : non au retour 150 ans en arrière

7174525-11004630

Ce dimanche 16 novembre, un TER a quitté la gare de Luchon à 17H32. Pour la SNCF, ce sera le dernier puisqu’elle souhaite la fermeture complète de cette ligne. La raison invoquée : la fréquentation serait trop faible pour permettre la rentabilité de la ligne.

 

Mais si la fréquentation de la ligne a chuté ces dernières années, c’est parce que les investissements n’ont jamais été réalisés. Conséquence, les retards s’accumulent, la longueur du voyage s’allonge et les usagers se rabattent sur d’autres moyens de transports. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.

 

Voilà où mène le désengagement de l’état et des collectivités locales dans l’entretien du réseau ferroviaire et la priorité exclusive aux Lignes Grandes Vitesse : aux plus riches la LGV Toulouse-Bordeaux et son coût de près de 10 milliards d’euros, aux autres les déplacements en car sur tout le territoire.

 

Cette situation va s’aggraver encore après l’abrogation par l’Assemblée Nationale le 14 novembre dernier du versement transport dédié au financement des TER. Ce dispositif avait été mis en place en Août contre la volonté du gouvernement. Il devait mettre à contribution les entreprises pour permettre aux régions de disposer d’une ressource allouée pour l’entretien et le fonctionnement des lignes TER.

 

Le Parti de Gauche 31 refuse cette politique et en premier lieu cette fermeture qui serait une nouvelle terrible pour le Haut-Comminges. Nous invitons l’ensemble des citoyennes et citoyens du département à :

  • signer la pétition en ligne ici : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=LCS2014
  • participer au rassemblement organisé par les organisations syndicales à l’occasion de la venue à Toulouse de Guillaume Pépy ce vendredi 28 novembre à 9H00 devant la direction régionale de la SNCF.

A l’heure de la catastrophe écologique, c’est bien d’investissements massifs dans le réseau ferroviaire dont a besoin notre pays pour proposer un réseau de transports publics peu couteux, accessibles à tous et non polluants. Messieurs Valls et Macron veulent en finir avec les archaïsmes ? Ils nous conduisent pourtant 150 ans en arrière, avant l’arrivée de la première locomotive à Luchon.

Catégories Prises de position