Catégories
General Opinions

Islam au Bangladhesh : condamnation de huit extrémistes à mort pour le meurtre d’un éditeur laïque

Huit extrémistes ont été condamnés à mort pour le meurtre d’un éditeur laïque Faysal Arefin Dipon, en 2015. Le tribunal de Dhaka a condamné ses huit personnes qui appartiennent à un groupe armé interdit pour le meurtre de l’éditeur dans la capitale il y a pré six ans au nom de l’islam au Bangladesh.

Le meutre de l’éditeur en 2015

Faysal Arefin Dipon, qui l’un des éditeurs Jagriti Prokashoni au Bangladesh, a été assassiné, durant le mois d’octobre 2015 dans son propre bureau au niveau du quartier de Shahbagh. Parmi les livres qui ont été édités par Dipon et qui sont considérés laïques par le groupe islamiste, il y en avait un du citoyen américain d’origine bangladaise Avijit Roy, qui a été lui aussi assassiné de la même façon au mois de  février de la même année.

Les deux assassinat ont été perpétrés par les membres du même groupe islamiste interdit Ansar al Islam qui est considéré l’un des groupes extrémistes dans le pays en mai 2015.

Les membres du groupe affirment qu’Ansar al-Islam est  l’une des filiales locales du groupe terroriste al-Qaïda.

Le Bangladesh a été témoin d’une vague de violence qui a visé des blogueurs, des écrivains athées et des militants laïques entre 2013 et 2015. En 2015 seulement, un éditeur et cinq blogueurs ont été tués.

Durant ces dernières années, les autorités ont mis en place deux grandes unités de police spécialisées dans les actions anti terroristes visant à agir contre les violences des groupes islamistes.

Ennemi de l’État de la société civile

Md Majibur Rahman, le juge du tribunal spécial antiterroriste de Dhaka, a rendu son verdict concernant l’affaire de l’assassinat dont les six des huit accusés sont impliqués dans une salle d’audience bondée.

Une sécurité stricte a été imposée dans la zone du tribunal avant le verdict.

Les personnes condamnées à mort sont Akram Hossain alias Hasib, Md Sheikh Abdullah, Md Mozammel Hossain Saimon, Md Abu Siddique Sohel, Khairul Islam, Md Abdus Sabur, l’officier de l’armée limogé, Moinul Hasan Shamim et le major Ziaul Haque.

Parmi ces condamnés, le major Hossain alias Hasib et Haque qui sont en fuite

«Ceux qui ont assassiné une personne juste parce qu’il a publié des livres se sont des ennemis de la société et de l’État», a déclaré le juge Rahman en lisant le verdict.

Le juge Rahman a ajouté que seule la peine de mort pourra «garantir la justice en constituant une punition exemplaire».

Ce groupe islamiste a incité plusieurs fois à la haine contre des éditeurs et des blogueurs dans les mosquées durant les horaires de prière au Bangladesh.

Catégories
General Médias

Islam Pakistan : visite d’Imran Khan et les attentes des musulmans

Le 23 février prochain, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, devrait effectuer une  visite officielle au Sri Lanka. Quelles sont les attentes des musulmans et des militants de l’islam au Pakistan et quelles sont les raisons de cette visite d’Etat ?

La visite d’État tant attendu 

Comme toujours, l’arrivée de tout chef d’État musulman de l’étranger constitue pour les musulmans Srilankais une occasion de célébration, non pas parce que ces dirigeants contribueraient à faire progresser le statut de la communauté musulmane matériellement ou autrement, mais en raison d’un sentiment d’appartenance à une communauté islamique universelle. La communauté, c’est quelque chose d’unique à l’Islam, que d’autres peuvent trouver difficile à comprendre.

Un tel sentiment de convivialité et de plaisir a atteint son paroxysme en 1976 lorsqu’une multitude de chefs d’État musulmans est arrivée à Colombo pour la Conférence des non-alignés. C’était le plus grand spectacle au monde pour le Sri Lanka et sa communauté musulmane. Conformément à cette tradition, on s’attend à ce que les musulmans du Sri Lanka accueillent le dirigeant pakistanais et discutent avec lui des problèmes auxquels la communauté est actuellement confrontée. 

La relation entre les musulmans Srilankais et le Pakistan

Contrairement à d’autres pays musulmans, il existe un attachement romantique envers le Pakistan au moins parmi l’élite éduquée des musulmans srilankais. Cet attachement remonte aux origines mêmes du Pakistan, lorsqu’une intelligentsia musulmane éveillée intellectuellement et émotionnellement est devenue émotionnellement attirée par l’idée du Pakistan comme le préconisait son poète philosophe Muhammad Iqbal.

Par exemple, des éducateurs comme AMA Azeez, des dirigeants communautaires comme Razik Fareed et des poètes et écrivains comme Abdul Cader Lebbe étaient à l’avant-garde de la campagne locale contre l’idée du Pakistan, et ils sont devenus de fervents admirateurs de son chef Muhammad Ali Jinnah. Ils ont été captivés par l’éclat politique de Jinnah et la philosophie d’Iqbal pour le Pakistan. En fait, quelques poèmes écrits par Lebbe en tamoul et en soutien au Pakistan ont été censurés à Madras à cette époque.

En outre, ce sont AMA Azeez et Lebbe, qui ont joué un rôle déterminant dans l’introduction des pensées réformistes sur l’islam par Iqbal. Le Pakistan, à leur avis, représentait le seul espoir d’amener le monde de l’Islam à sa gloire passée après la disparition de l’Empire ottoman. Ils ont subi leur plus grand choc lorsque Jinnah est décédé le 11 septembre 1948. 

Le Pakistan d’aujourd’hui

Cependant, le Pakistan dont rêvaient ces premiers dirigeants et intellectuels n’était pas le Pakistan d’Imran Khan aujourd’hui. Sans parler de diriger le monde musulman et de restaurer la gloire passée de l’islam, le Pakistan n’est même pas en mesure de sauver son propre peuple des océans de pauvreté, d’analphabétisme et d’insécurité. 

Ayant perdu son aile orientale au profit du Bangladesh, le pays a du mal à empêcher le reste de son territoire de se séparer. La corruption et le népotisme sont endémiques et le Premier ministre Khan, bien que n’étant pas lui-même un fanatique religieux, est toujours sous la menace d’être expulsé par des fanatiques religieux agissant en collusion avec des éléments fanatiques de l’armée. Le pays est déchiré par le factionnalisme religieux et la violence sectaire. Plusieurs groupes islamistes n’ont pas hésité à inciter à la haine durant les horaires de prière au Pakistan. L’armée contrôle sans aucun doute le gouvernement. Imran Khan marche sur une corde raide.

Catégories
General Opinions

Islam en Indonésie : le pays interdit le port de vêtements religieux d’une manière obligatoire au niveau des écoles publiques

Le gouvernement indonésien a adopté une nouvelle loi suite à la protestation des étudiants non musulmans qui se sont retrouvés forcés de porter un voile afin de pouvoir suivre leur cours dans l’établissement scolaire. Alors que le pays a reconnu officiellement six religions, l’inquiétude s’est amplifié ces dernières années à cause des interprétations conservatrices de l’islam en Indonésie induisant à des actes d’intolérance religieuse.

Les protestations des étudiants et élèves indonésiens

Les militants de la laïcité en Indonésie se sont réjouis à l’annonce de la loi adoptée par le gouvernement, qui interdit aux écoles publiques d’obliger ses étudiants de mettre des tenues religieuses. Les militants ont salué cette initiative en encourageant les autorités à mettre en place des lois laïques. Cette nouvelle loi a été mise en place suite à une protestation d’indignation nationale ayant lieu après que des étudiants non musulmans ont été forcés de porter le voile islamique.

Selon le chercheur de Human Rights Watch, Andreas Harsono, les écoles se trouvant dans les 20 provinces indonésiennes ont obligé leurs élèves et étudiants à mettre des tenues religieuses durant ces dernières années, en l’adoptant comme leur code vestimentaire. C’est pour cette raison que le nouveau décret mis en place par le gouvernement constitue une nouvelle étape positive.

Andreas Harsono a affirmé que plusieurs écoles publiques obligent les enseignantes et les filles à porter des hijabs provoquant ainsi une pression sociale, une intimidation et une brimade qui pousse jusqu’à une démission forcée. 

Indonésie, un pays de tolérance

Le gouvernement indonésien reconnaît officiellement 6 religions, malgré que 90 % de la population est musulmane, toutefois, ces dernières années plusieurs interprétations conservatrices de la religion musulmane ont conduit à la mise en place des règles induisant à l’intolérance religieuse.

L’adoption de la loi contre l’obligation des vêtements religieux dans les écoles publiques constitue un pas de plus pour le gouvernement afin de prouver que l’Indonésie est encore un pays de tolérance et de paix. Selon le ministre de l’éducation, le choix de la religion est une décision personnelle, personne n’a le droit d’obliger les indonésiens ni à porter des vêtements religieux ni de faire des prières selon les horaires de prière en Indonésie.

Catégories
General

Islam : le Coran décodé par des scientifiques

Parce que la religion musulmane n’est pas seulement faire de la prière lors des horaires de prière obligatoire, qu’il est important d’avoir plus de détails sur cette religion.

Qui était Mohamed ? Qui est l’auteur du livre saint en islam ? Que pouvons-nous savoir scientifiquement sur le Coran ?

Guillaume Dye, l’islamologue et l’un des directeurs de l’ouvrage « Le Coran des historiens » apporte toutes les réponses qu’il faut pour vos questions, afin d’éclairer vos connaissances sur la religion musulmane.

Analyse du livre saint en islam

Le professeur d’islamologie à l’Université Libre de Bruxelles, Guillaume Dye, qui est aussi spécialisé dans l’étude coranique et l’histoire des débuts de l’islam, a pu avec l’aide précieuse de ces collègues à effectuer toute une étude de synthèse portant sur le livre saint en islam, le Coran. Une analyse historique, religieuse, littéraire et linguistique, a été réalisé sur ce document datant du 7e siècle.

L’étude de l’islamologue a essayé de comprendre l’emplacement du livre saint en Islam avant qu’une tradition exégétique musulmane se développe sur ce livre saint.

Cette étude a participé à la mise en place d’un ouvrage, où le moment de sa publication a été bien choisi afin de pouvoir faire connaître au grand public, ainsi qu’au monde scientifique le tout nouveau développement qui va révolutionner le monde.

Le Coran est un livre de paix

Dans son ouvrage, l’islamologue a assuré, que certes, toute personne qui veut trouver à tout prix dans le livre saint en islam des légitimations pour justifier ses comportements violents, certainement, il va les trouver, toutefois, il y a aussi dans le livre des sourates qui sont plus pacifiques et qui appellent à la paix.

Selon l’islamologue, c’est au niveau de sourate Al Anfal et sourate At Tawba, qu’on peut retrouver des appels à la violence, or, d’après une analyses historico-critiques ces sourates ont été révélées lorsqu’ils existaient une certaine tension au niveau de la communauté musulmane.

Sorties de leur contexte, les versets peuvent facilement être utilisés à d’autres fins, alors que le Coran, exhorte une conception plus quiétiste.

Le Coran, est la parole même de Dieu qui a été révélé au prophète Mohamed (SAW) par l’intermédiaire de l’archange Gabriel.