Catégories
General

Le produit intérieur brut, est l’un des principaux indices qui ont été affectés par les crises

Le podcast du célèbre journal les Echos, réalisé par Pierrick Fay ainsi que ses invités est revenu sur les imperfections et la genèse d’un indicateur de la richesse des pays qui est le plus souvent affecté par les différentes crises économiques comme celle de 2008 ainsi que la crise sanitaire actuelle.

Afin de découvrir plus sur les actualités du monde, vous pouvez visiter le journal de l’Afrique.

Le calcul du PIB 

Connu sous l’acronyme de PIB, l’indice de Produit intérieur brut mesure l’ensemble des richesses produites au sein d’un pays au cours d’une année. Afin d’y parvenir, l’indice s’appuie surtout sur les différents flux de valeurs marchandes. Calculé depuis les années 30, le PIB est considéré au fil des décennies comme étant l’un des plus importants indicateurs des économies modernes.

Tandis que la crise sanitaire causée par l’expansion du Coronavirus, devra faire plonger le PIB de plusieurs pays du globe dans le rouge, il se pourrait que la mesure de cet indice en lui-même soit remise en question. Selon plusieurs experts économiques, le produit intérieur brut est un indicateur imparfait. À l’instar de la crise de 2009, plusieurs responsables s’interrogent aujourd’hui sur la pertinence du PIB comme étant une boussole de l’économie.

Au lendemain de la crise économique, la commission Stiglitz qui a été mise en place par l’ancien président français, Nicols Sarkozy, a pu remettre un rapport démontrant la nécessité d’apporter des améliorations sur la manière de mesurer le produit intérieur brut d’un pays, en assurant qu’il est plus intéressant d’intégrer la notion de bien-être dans ce calcul. Tout comme le calcul effectué par le Bhoutan qui a préféré reléguer au second plan le Produit intérieur brut au profit du mesure du Bonheur national brut en se fondant sur l’indice bonheur pays

Ce podcast présenté par le journaliste des Echos Pierrick Fay en présence des invités, Jean Marc Vittori et l’économiste Jean-Paul Fitoussi, a été partagé en octobre 2020.

Catégories
General

Ramadan 2021 : pourquoi jeûner durant Ramadan ? Quelles sont les règles de jeûne du mois saint en islam ?

Le jeûne, traditionnellement appelé Sawm, est l’un des cinq piliers de l’islam et rend donc le mois de Ramadan plus sacré. Quelles sont les dates de début et de fin du mois de ramadan 2021.

Tout savoir sur le mois de ramadan 2021

Le jeûne du mois de Ramadan commémore le mois où les enseignements du Saint Coran ont été révélés pour la première fois au Prophète Muhammed.

Les musulmans du monde entier observent un jeûne (l’un des cinq piliers de l’islam) pendant Ramzan (également connu sous le nom de Ramadan). Ce dernier est constitué de 29 ou 30 jours à partir de la première observation du croissant de lune à l’autre.

Les fidèles du monde entier observent un jeûne du lever au coucher du soleil pendant le mois saint en islam pour commémorer le mois où le Coran a été révélé pour la première fois au Prophète Muhammed. Le jeûne, traditionnellement appelé Sawm, est l’un des cinq piliers de l’islam et rend donc le mois de Ramadan plus sacré.

Les musulmans durant le mois saint jeûnent, mais aussi profitent afin de lire des versets de Coran, tout en veillant à offrir leurs prières (Salat) à Allah. Les jeûneurs préfèrent se réunir pour l’ Iftaar (ou le repas après le coucher du soleil) pendant le Ramadan, le neuvième mois du calendrier islamique.

La date du début et fin du mois saint en islam 2021

Cependant, comme le calendrier islamique, est basé sur la Lune, les dates du mois de jeûne sont déterminées selon la première observation du croissant de lune. Par conséquent, les dates varient chaque année dans le calendrier grégorien. 

Le mois de Ramadan en 2021 devrait durer 30 jours. La date de début du mois de ramadan 2021 dépenderait de l’observation du croissant lunaire. Cette année, il peut commencer le 12 avril et se terminer le 11 mai.

Le mois de ramadan se termine par l’Aïd al-Fitr, également appelé simplement Eid, qui marque le début du mois suivant du calendrier hégirien, Chawwal.

Catégories
General

Ramadan 2021 : les pèlerins sont autorisés à pratiquer la Omra une seule fois

Avec l’arrivée du mois de ramadan 2021, le ministère du Haj et de la Omra a annoncé les dernières directives pour les permis de prière durant le mois saint en islam.

Alors que les frontières de l’Arabie saoudite sont maintenues fermées, le ministère saoudien du Hadj et de la Omra a affirmé que les pèlerins ne pourront pratiquer la Omra qu’une seule fois durant ce mois de jeûne.

Le rituel de Omra durant le mois de ramadan 2021

Selon le Saudi Gazette, le ministère a également déclaré lundi que les fidèles pouvaient désormais obtenir des permis pour effectuer les cinq prières quotidiennes dans la grande mosquée de la ville sainte de La Mecque.

Toutefois, dès la date du début du mois de ramadan 2021, les prières de Tarawih, seront raccourcies au niveau des deux saintes mosquées.

L’application Eatmarna mise en place par le ministère a en outre précisé que ceux qui avaient déjà un permis de la Omra ne pouvaient en demander un autre avant l’expiration de leur premier permis.

Par ailleurs, le permis pour assister aux prières quotidiennes à la Grande Mosquée sera valable pour les cinq prières obligatoires. Les candidats peuvent demander plusieurs permis pendant le mois sacré, en renouvelant leur permis une fois qu’il a expiré.

Le pèlerinage durant le mois saint de 2021 

Le gouvernement a annoncé la dernière mesure préventive prise par le Royaume afin de garantir la protection sanitaire des pèlerins. En effet, l’Arabie saoudite a décidé que tous les employés, travailleurs et exploitants de Haj doivent être vaccinés contre Covid-19.

Dans un message publié sur son compte Twitter officiel, l’administration de la région de La Mecque a déclaré que la décision s’applique à tous les travailleurs employés dans les magasins de La Mecque et de Médine pour protéger les pèlerins qui visiteront les deux villes pendant le mois sacré du Ramadan 2021. Cette décision entrera en vigueur à partir du Ramadan 1, 1442 Hijri, a-t-il ajouté.
Tous les employés du magasin doivent avoir des résultats de test PCR négatifs pour continuer leurs opérations, a déclaré l’administration, soulignant que la décision est conforme aux instructions du ministère du Haj et de la Omra, qui vise à protéger les personnes contre le coronavirus.

En outre, le ministère saoudien de la Santé avait annoncé que les fidèles qui souhaitent effectuer le pèlerinage annuel du Haj cette année devraient prouver qu’ils ont été vaccinés contre Covid-19.

Catégories
Événements General

Ramadan 2021 : les choses à connaître sur le mois de jeûne en islam

À seulement quelques semaines du début de ramadan 2021, la communauté musulmane se trouvant aux quatre coins du monde se préparent à pratiquer l’un des piliers de l’islam, jeûner ce mois saint. Selon les dernières mesures mises en place, une grande majorité des fidèles musulmans seront en confinement dans le cadre de la lutte contre la propagation de la troisième vague de la pandémie du Coronavirus.

Les dates du mois de jeûne 2021 

Certes, jusqu’à présent la date officielle du début de ramadan 2021 n’est pas encore connue par les fidèles, toutefois selon les calculs astronomiques le mois de jeûne devrait entamer aux alentours du 13 avril prochain. La date du début de ce mois saint est l’une des journées les plus attendues par les fidèles des quatre coins du monde. En effet, durant ce mois saint dans la religion musulmane, les croyants sont tenus à jeûner du lever jusqu’au coucher du soleil durant les 29 jours de ramadan, la durée du cycle lunaire. 

Le mois de ramadan devrait commencer cette année alors plusieurs millions de fidèles sont confinés dans plusieurs pays du monde à cause de la propagation de la troisième vague du Coronavirus.

Dans ce contexte sanitaire assez particulier, les autorités en Arabie Saoudite a décidé de reporter l’ouverture de ses frontières aériennes aux pèlerins internationaux au 17 mai, empêchant plusieurs millions de fidèles de pratiquer la Omra durant ce mois saint en islam.

Suite à cette décision, le muezzin (celui qui appelle à la prière) dans la grande mosquée de la Mecque a tenu à exprimer sa tristesse alors qu’encore une année où la mosquée sera désertée à cause de la propagation de la pandémie et du confinement imposé dans plusieurs pays du monde.

Quelles sont les règles qu’il faut respecter durant ce mois 

Durant le mois de ramadan, les fidèles doivent obligatoirement ne pas manger ni fumer ni boire de l’aube lors de la prière du Fajr jusqu’au coucher du soleil, avec l’appel à la prière du Maghreb. 

Plusieurs autres pratiques sont prohibées durant la journée comme fumer la cigarette et les relations sexuelles durant le mois saint en islam.

L’organisation mondiale de la santé a invité les pays de demander aux fidèles d’éviter les rassemblements tout en veillant à respecter les gestes barrières.

Catégories
Événements General

Ramadan 2021 : le ministre du Commerce algérien annonce les soldes durant le mois de jeûne

Avec l’arrivée imminente du mois de ramadan 2021, Kamel Rezig, le ministre du Commerce en Algérie, a affirmé que des soldes exceptionnels seront organisés spécialement durant cette période sacré en islam. En effet, alors les fidèles se préparent à accueillir l’un des mois les plus sacrés de la religion musulmane, durant cette période critique de propagation de la pandémie du Covid-19, le ministre du Commerce affirme la mise en place des grands soldes durant le mois de jeûne 2021.

Un mois de jeûne et de solde 

Selon les derniers calculs astronomiques révélés, la date du début de ramadan 2021 serait aux alentours du 13 avril prochain. Suite à plusieurs mois d’application de mesures sanitaires couplées avec des conjonctures économiques, les citoyens algériens ont pu ressentir les effets de la propagation de la pandémie jusqu’aux portes-monnaie. En effet, à seulement quelques semaines de l’arrivée du mois de jeûne 2021, les autorités ont décidé d’organiser des grands soldes permettant ainsi de garantir le bon déroulement de ce mois saint en Algérie.

Le ministre du Commerce a affirmé que les ventes promotionnelles et les soldes feront leur entrée dans les commerces et les grandes surfaces avant le mois de ramadan 2021 pour la première fois dans le pays.

Le ministre a expliqué dans son communiqué que ces soldes devaient initialement avoir lieu l’année dernière, mais vu l’évolution de la crise sanitaire dans le pays, les autorités ont décidé de reporter ces promotions. Par conséquent, vu que le pays a pu fléchir la courbe de contamination au Covid-19, le gouvernement a décidé d’adopter ce projet de soldes durant le mois saint de cette année.

Les dates des soldes ramadanesques

En abordant la période exacte du lancement des plans de rabais, Kamel Rezig, le ministre du Commerce en Algérie, a déclaré que les promotions débuteront une semaine avant la date du début du mois de jeûne de 2021.

Selon le ministre, ces grands soldes commenceront durant la dernière semaine du mois de chaabane et s’étaleront sur les 4 semaines du mois saint en islam. Ces promotions prendront fin après les deux jours de la fête de l’Aïd el Fitr.

Il est important de mentionner que ces soldes toucheront plusieurs types de produits, comme le textile, alimentaires, ainsi que des produits de vaisselle. Tous les commerçants obtiendront l’autorisation lui permettant de participer à ces promotions durant le mois de ramadan 2021.

Catégories
General

Couffin de Ramadan 2021 : des aides pour garantir le bon déroulement du mois de jeûne

Alors que le mois de jeûne avance à grands pas, plusieurs familles assurent qu’ils n’ont pas les moyens afin de subvenir à leurs besoins durant ce mois saint. Il est important de mentionner qu’avec l’expansion de la maladie virale et la mise en place de plusieurs mesures restrictives comme le couvre feu et le confinement, plusieurs personnes ont été touchées économiquement. Pensant à ces personnes, plusieurs associations ont annoncé le lancement de l’opération couffin pour le mois de ramadan 2021, afin de venir en aide aux familles qui sont en difficulté financière.

Opération couffin pour le mois de jeûne 2021

Selon les informations révélées par les médias, plusieurs associations ont décidé d’entamer la distribution du couffin spécial comme chaque année avec l’approche de la date du début du mois de ramadan 2021, aux familles nécessiteuses. En plus d’un couffin contenant des denrées alimentaires, une somme de près de 1500 euros sera versée sur leur compte.

En outre, les différents responsables chargés au niveau des associations des affaires sociales, sont tenus à entamer l’étude des dossiers, afin de pouvoir sélectionner les familles qui sont dans le besoin et pouvoir établir ainsi une liste de toutes les personnes bénéficiaires de ce programme. Par ailleurs, une allocation sociale sera déversée pour les personnes ayant un salaire inférieur à 1200 euros.

Il est important de mentionner que le nombre de bénéficiaires de ce programme a augmenté par rapport à l’année dernière, en passant de 3 000 familles à 3 500 familles, à cause de la propagation de la pandémie et ses conséquences dévastatrices sur la situation financière de plusieurs commerçants.

La prière de Tarawih, sera-t-elle maintenue ?

Tandis que la pandémie du coronavirus a tendance à se stabiliser dans plusieurs pays dans le monde, plusieurs gouvernements ont décidé d’alléger les restrictions sanitaires. Parmi les mesures qui ont été allégées, la réouverture des mosquées. Plusieurs fidèles de la communauté musulmane s’interrogent sur la possibilité de pratiquer les prières du Tarawih durant le mois saint en islam. 

Dans ce cadre, le ministre des Affaires religieuses, Youcef Belmehdi, a affirmé que la situation actuelle de l’évolution de la maladie virale est favorable pour la tenue de la prière du soir durant le mois de ramadan en Algérie, toutefois, la décision revient aux membres du Comité scientifique.

Catégories
General Opinions

Islam au Bangladhesh : condamnation de huit extrémistes à mort pour le meurtre d’un éditeur laïque

Huit extrémistes ont été condamnés à mort pour le meurtre d’un éditeur laïque Faysal Arefin Dipon, en 2015. Le tribunal de Dhaka a condamné ses huit personnes qui appartiennent à un groupe armé interdit pour le meurtre de l’éditeur dans la capitale il y a pré six ans au nom de l’islam au Bangladesh.

Le meutre de l’éditeur en 2015

Faysal Arefin Dipon, qui l’un des éditeurs Jagriti Prokashoni au Bangladesh, a été assassiné, durant le mois d’octobre 2015 dans son propre bureau au niveau du quartier de Shahbagh. Parmi les livres qui ont été édités par Dipon et qui sont considérés laïques par le groupe islamiste, il y en avait un du citoyen américain d’origine bangladaise Avijit Roy, qui a été lui aussi assassiné de la même façon au mois de  février de la même année.

Les deux assassinat ont été perpétrés par les membres du même groupe islamiste interdit Ansar al Islam qui est considéré l’un des groupes extrémistes dans le pays en mai 2015.

Les membres du groupe affirment qu’Ansar al-Islam est  l’une des filiales locales du groupe terroriste al-Qaïda.

Le Bangladesh a été témoin d’une vague de violence qui a visé des blogueurs, des écrivains athées et des militants laïques entre 2013 et 2015. En 2015 seulement, un éditeur et cinq blogueurs ont été tués.

Durant ces dernières années, les autorités ont mis en place deux grandes unités de police spécialisées dans les actions anti terroristes visant à agir contre les violences des groupes islamistes.

Ennemi de l’État de la société civile

Md Majibur Rahman, le juge du tribunal spécial antiterroriste de Dhaka, a rendu son verdict concernant l’affaire de l’assassinat dont les six des huit accusés sont impliqués dans une salle d’audience bondée.

Une sécurité stricte a été imposée dans la zone du tribunal avant le verdict.

Les personnes condamnées à mort sont Akram Hossain alias Hasib, Md Sheikh Abdullah, Md Mozammel Hossain Saimon, Md Abu Siddique Sohel, Khairul Islam, Md Abdus Sabur, l’officier de l’armée limogé, Moinul Hasan Shamim et le major Ziaul Haque.

Parmi ces condamnés, le major Hossain alias Hasib et Haque qui sont en fuite

«Ceux qui ont assassiné une personne juste parce qu’il a publié des livres se sont des ennemis de la société et de l’État», a déclaré le juge Rahman en lisant le verdict.

Le juge Rahman a ajouté que seule la peine de mort pourra «garantir la justice en constituant une punition exemplaire».

Ce groupe islamiste a incité plusieurs fois à la haine contre des éditeurs et des blogueurs dans les mosquées durant les horaires de prière au Bangladesh.

Catégories
General Médias

Islam Pakistan : visite d’Imran Khan et les attentes des musulmans

Le 23 février prochain, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, devrait effectuer une  visite officielle au Sri Lanka. Quelles sont les attentes des musulmans et des militants de l’islam au Pakistan et quelles sont les raisons de cette visite d’Etat ?

La visite d’État tant attendu 

Comme toujours, l’arrivée de tout chef d’État musulman de l’étranger constitue pour les musulmans Srilankais une occasion de célébration, non pas parce que ces dirigeants contribueraient à faire progresser le statut de la communauté musulmane matériellement ou autrement, mais en raison d’un sentiment d’appartenance à une communauté islamique universelle. La communauté, c’est quelque chose d’unique à l’Islam, que d’autres peuvent trouver difficile à comprendre.

Un tel sentiment de convivialité et de plaisir a atteint son paroxysme en 1976 lorsqu’une multitude de chefs d’État musulmans est arrivée à Colombo pour la Conférence des non-alignés. C’était le plus grand spectacle au monde pour le Sri Lanka et sa communauté musulmane. Conformément à cette tradition, on s’attend à ce que les musulmans du Sri Lanka accueillent le dirigeant pakistanais et discutent avec lui des problèmes auxquels la communauté est actuellement confrontée. 

La relation entre les musulmans Srilankais et le Pakistan

Contrairement à d’autres pays musulmans, il existe un attachement romantique envers le Pakistan au moins parmi l’élite éduquée des musulmans srilankais. Cet attachement remonte aux origines mêmes du Pakistan, lorsqu’une intelligentsia musulmane éveillée intellectuellement et émotionnellement est devenue émotionnellement attirée par l’idée du Pakistan comme le préconisait son poète philosophe Muhammad Iqbal.

Par exemple, des éducateurs comme AMA Azeez, des dirigeants communautaires comme Razik Fareed et des poètes et écrivains comme Abdul Cader Lebbe étaient à l’avant-garde de la campagne locale contre l’idée du Pakistan, et ils sont devenus de fervents admirateurs de son chef Muhammad Ali Jinnah. Ils ont été captivés par l’éclat politique de Jinnah et la philosophie d’Iqbal pour le Pakistan. En fait, quelques poèmes écrits par Lebbe en tamoul et en soutien au Pakistan ont été censurés à Madras à cette époque.

En outre, ce sont AMA Azeez et Lebbe, qui ont joué un rôle déterminant dans l’introduction des pensées réformistes sur l’islam par Iqbal. Le Pakistan, à leur avis, représentait le seul espoir d’amener le monde de l’Islam à sa gloire passée après la disparition de l’Empire ottoman. Ils ont subi leur plus grand choc lorsque Jinnah est décédé le 11 septembre 1948. 

Le Pakistan d’aujourd’hui

Cependant, le Pakistan dont rêvaient ces premiers dirigeants et intellectuels n’était pas le Pakistan d’Imran Khan aujourd’hui. Sans parler de diriger le monde musulman et de restaurer la gloire passée de l’islam, le Pakistan n’est même pas en mesure de sauver son propre peuple des océans de pauvreté, d’analphabétisme et d’insécurité. 

Ayant perdu son aile orientale au profit du Bangladesh, le pays a du mal à empêcher le reste de son territoire de se séparer. La corruption et le népotisme sont endémiques et le Premier ministre Khan, bien que n’étant pas lui-même un fanatique religieux, est toujours sous la menace d’être expulsé par des fanatiques religieux agissant en collusion avec des éléments fanatiques de l’armée. Le pays est déchiré par le factionnalisme religieux et la violence sectaire. Plusieurs groupes islamistes n’ont pas hésité à inciter à la haine durant les horaires de prière au Pakistan. L’armée contrôle sans aucun doute le gouvernement. Imran Khan marche sur une corde raide.

Catégories
General Opinions

Islam en Indonésie : le pays interdit le port de vêtements religieux d’une manière obligatoire au niveau des écoles publiques

Le gouvernement indonésien a adopté une nouvelle loi suite à la protestation des étudiants non musulmans qui se sont retrouvés forcés de porter un voile afin de pouvoir suivre leur cours dans l’établissement scolaire. Alors que le pays a reconnu officiellement six religions, l’inquiétude s’est amplifié ces dernières années à cause des interprétations conservatrices de l’islam en Indonésie induisant à des actes d’intolérance religieuse.

Les protestations des étudiants et élèves indonésiens

Les militants de la laïcité en Indonésie se sont réjouis à l’annonce de la loi adoptée par le gouvernement, qui interdit aux écoles publiques d’obliger ses étudiants de mettre des tenues religieuses. Les militants ont salué cette initiative en encourageant les autorités à mettre en place des lois laïques. Cette nouvelle loi a été mise en place suite à une protestation d’indignation nationale ayant lieu après que des étudiants non musulmans ont été forcés de porter le voile islamique.

Selon le chercheur de Human Rights Watch, Andreas Harsono, les écoles se trouvant dans les 20 provinces indonésiennes ont obligé leurs élèves et étudiants à mettre des tenues religieuses durant ces dernières années, en l’adoptant comme leur code vestimentaire. C’est pour cette raison que le nouveau décret mis en place par le gouvernement constitue une nouvelle étape positive.

Andreas Harsono a affirmé que plusieurs écoles publiques obligent les enseignantes et les filles à porter des hijabs provoquant ainsi une pression sociale, une intimidation et une brimade qui pousse jusqu’à une démission forcée. 

Indonésie, un pays de tolérance

Le gouvernement indonésien reconnaît officiellement 6 religions, malgré que 90 % de la population est musulmane, toutefois, ces dernières années plusieurs interprétations conservatrices de la religion musulmane ont conduit à la mise en place des règles induisant à l’intolérance religieuse.

L’adoption de la loi contre l’obligation des vêtements religieux dans les écoles publiques constitue un pas de plus pour le gouvernement afin de prouver que l’Indonésie est encore un pays de tolérance et de paix. Selon le ministre de l’éducation, le choix de la religion est une décision personnelle, personne n’a le droit d’obliger les indonésiens ni à porter des vêtements religieux ni de faire des prières selon les horaires de prière en Indonésie.

Catégories
General

Islam : le Coran décodé par des scientifiques

Parce que la religion musulmane n’est pas seulement faire de la prière lors des horaires de prière obligatoire, qu’il est important d’avoir plus de détails sur cette religion.

Qui était Mohamed ? Qui est l’auteur du livre saint en islam ? Que pouvons-nous savoir scientifiquement sur le Coran ?

Guillaume Dye, l’islamologue et l’un des directeurs de l’ouvrage « Le Coran des historiens » apporte toutes les réponses qu’il faut pour vos questions, afin d’éclairer vos connaissances sur la religion musulmane.

Analyse du livre saint en islam

Le professeur d’islamologie à l’Université Libre de Bruxelles, Guillaume Dye, qui est aussi spécialisé dans l’étude coranique et l’histoire des débuts de l’islam, a pu avec l’aide précieuse de ces collègues à effectuer toute une étude de synthèse portant sur le livre saint en islam, le Coran. Une analyse historique, religieuse, littéraire et linguistique, a été réalisé sur ce document datant du 7e siècle.

L’étude de l’islamologue a essayé de comprendre l’emplacement du livre saint en Islam avant qu’une tradition exégétique musulmane se développe sur ce livre saint.

Cette étude a participé à la mise en place d’un ouvrage, où le moment de sa publication a été bien choisi afin de pouvoir faire connaître au grand public, ainsi qu’au monde scientifique le tout nouveau développement qui va révolutionner le monde.

Le Coran est un livre de paix

Dans son ouvrage, l’islamologue a assuré, que certes, toute personne qui veut trouver à tout prix dans le livre saint en islam des légitimations pour justifier ses comportements violents, certainement, il va les trouver, toutefois, il y a aussi dans le livre des sourates qui sont plus pacifiques et qui appellent à la paix.

Selon l’islamologue, c’est au niveau de sourate Al Anfal et sourate At Tawba, qu’on peut retrouver des appels à la violence, or, d’après une analyses historico-critiques ces sourates ont été révélées lorsqu’ils existaient une certaine tension au niveau de la communauté musulmane.

Sorties de leur contexte, les versets peuvent facilement être utilisés à d’autres fins, alors que le Coran, exhorte une conception plus quiétiste.

Le Coran, est la parole même de Dieu qui a été révélé au prophète Mohamed (SAW) par l’intermédiaire de l’archange Gabriel.