Catégories
General

Congo-Brazzaville : le FMI affirme soutenir la reprise économique congolaise

Selon les dernières données partagées par le Fonds monétaire international et relayées par les médias des deux Congo, le PIB réel congolais devrait de nouveau enregistrer un résultat négatif de -0.2 durant cette année, alors que le FMI table sur une croissance pouvant atteindre 2.3 % l’année prochaine. Il est important de rappeler que le Congo a enregistré un PIB réel de -8.2 % en 2020 et de -0.6 % en 2019.

La reprise économique congolaise

Suite à sa mission de ses services au Congo, l’institution financière a publié le 8 novembre dernier un communiqué affirmant que la reprise économique enregistrée au Congo devrait être expliquée par l’expansion des services, de l’exploitation minière et de l’agriculture dans le pays, le remboursement des arriérés intérieurs, les dépenses sociales, le déploiement des vaccins, le rebond de la production pétrolière du Congo et la hausse des prix du pétrole. Toutefois, les perspectives économiques du pays sont entourées d’une certaine incertitude vu la volatilité des prix du pétrole et des risques de nouvelles vagues de la pandémie du Coronavirus.

L’économie du Congo, qui très dépendante des revenus des hydrocarbures, est confrontée encore une fois aux conséquences de la propagation de la pandémie du Coronavirus. Il est essentiel de rappeler que l’économie congolaise est en quasi-récession depuis 2016 à cause de la crise pétrolière.

L’accord entre le FMI et le Congo 

Durant ces derniers jours, le Congo vient de signer un accord avec l’institution financière assurant un programme économique qui s’étale sur trois ans, permettant ainsi de soutenir l’accord de la Facilité élargie de crédit. Cet accord constitue une première depuis l’absence de revue en 2019. Selon les experts, ce programme permettra de viser le maintien de la stabilité macroéconomique, tout en impulsant la reprise économique vu la situation sanitaire du pays les années à venir. En outre, ce programme permettra de favoriser la mise en place d’une croissance plus inclusive, résiliente et plus élevée.

Le pays dirigé par Denis Sassou Nguesso, qui est en situation de surendettement, devra assurer la négociation avec ses différents partenaires, en attendant la restructuration d’une dette publique totale d’ici la fin d’année estimée à 84 % du PIB. Découvrez toutes les nouveautés de l’économie congolaise en consultant ce site web.