Catégories
General

Congo-Brazzaville : selon le FMI, les activités économiques du pays vont stagner en 2021

D’après le journal de l’Afrique, les experts du Fonds monétaire international ont affirmé que l’activité économique du Congo devrait stagner cette année 2021. 

Selon l’étude effectuée par l’institution financière la croissance totale du PIB réel atteindrait près de 0 % avec un excédent des transactions extérieures courantes plus de 12 % du PIB et d’une inflation modérée de 2 %.

L’étude du FMI

Le 28 septembre dernier, le Fonds monétaire international a expliqué que l’expansion du Coronavirus, ainsi que les chutes des prix du pétrole ont affecté lourdement l’économie congolaise, toutefois la reprise du développement se dessine. En effet, le Congo devrait enregistrer une croissance économique positive cette année, et ce, hors le domaine pétrolier. Cette croissance économique a été enregistrée grâce au lancement de la campagne de vaccination, à la décision d’assouplir les différentes mesures de confinement, ainsi qu’à l’expansion de l’activité agricole et le remboursement des arriérés intérieurs.

Par ailleurs, les experts de l’institution financière ont souligné après la fin des consultations au titre de l’article IV avec le gouvernement congolais, que la contraction de la production du pétrole a pu ralentir du fait du retour à la normale de l’exploitation des champs pétroliers, la valeur des exportations et des recettes pétrolières, ainsi que l’investissement en raison de la hausse des prix des cours pétroliers.

La Banque mondiale a affirmé la reprise de la croissance économique 

La Banque mondiale en mars dernier a affirmé que la reprise réelle de la croissance du PIB est attendue pour 2022. L’un des hauts responsables de l’institution financière a assuré que le PIB est contracté de 0.1 % et l’économie ne devrait pas se redresser totalement en 2021. Les activités économiques devraient rebondir d’une façon progressive entre 2023 et 2022 avec un taux de croissance du PIB pouvant atteindre en moyenne 2.7 %, tandis que le domaine pétrolier commence à se redresser. 

En outre, la Banque mondiale a fait savoir que la reprise de la croissance économique devrait dépendre de l’ampleur des réformes que les gouvernements des deux Congo devront mettre en place afin de faciliter la création de l’emploi et de soutenir les investissements tout en accroissant la compétitivité.

D’après le Fonds monétaire international, le déficit primaire pourrait atteindre plus de 17 % du PIB, et ce, sans compter le secteur pétrolier.