Catégories
General Opinions Prises de position

La division des fédérations islamiques en France

La Grande Mosquée de Paris et le Conseil français du culte musulman ont chacun affirmé 14 novembre dernier, la mise en place très prochainement de leur propre Conseil national des imams afin d’assurer la formation des imams qui dirigeront les prières durant les horaires de prière Paris.

La division au niveau des responsables du culte musulman en France

Selon les médias français, le refroidissement des relations entre Rabat et Alger produit ses effets jusque sur la communauté musulmane dans l’hexagone. En effet, le 14 novembre dernier, la Grande Mosquée de Paris et le Conseil français du culte musulman ont chacun assuré la création de leur propre nouveau Conseil national des imams.

Depuis plusieurs jours, la rivalité entre le Conseil français du culte musulman dirigée par Mohammed Moussaoui d’origine marocaine et la Grande Mosquée de Paris qui est relié à l’Algérie s’étale au grand jour. La Grande Mosquée s’est insurgée d’avoir été exclue des événements mis en place afin de commémorer l’Armistice, alors que le président du Conseil français du culte musulmane a reçu son carton d’invitation, le 11 novembre dernier. 

Dorénavant, c’est à la future institution islamique de former et d’assurer la sélection des imams qui dirigent la prière durant les horaires de prière. Néanmoins, depuis dimanche, deux propositions concurrentes ont été placées sur le bureau du président de la République, qui a recommandé la mise en place d’une telle instance afin de former et de certifier les imams des mosquées de l’hexagone luttant ainsi contre les différentes formes d’extrémisme.

Selon les médias de son côté, le Conseil français du culte musulman a dénoncé le comportement des responsables de la Grande Mosquée, pour avoir récupéré son travail et pour leurs initiatives unilatérales.

Pour les membres du gouvernement français, accompagner l’institution religieuse qui représente l’islam en France est tout un art. D’après les experts, la pression qu’a exercée le président de la République lors de son discours du 2 octobre 2020, a permis de servir de détonateur à l’explosion du Conseil français du culte musulmane. Toutefois, réellement, la fusion couvait déjà depuis plusieurs années et les causes sont multiples. 

Désormais, le résultat est là, le Conseil français du culte musulman qui est censé s’occuper à l’organisation du culte de l’islam ne peut pas remplir son rôle et la communauté musulmane en France en fait les frais. Les querelles au niveau même de l’instance ne les ont jamais empêché les membres de la communauté de prier. Toutefois, les grands projets dont les musulmans français ont besoin comme le cas des formations théologiques, continuent à stagner.