Catégories
General Opinions

Islam en Indonésie : le pays interdit le port de vêtements religieux d’une manière obligatoire au niveau des écoles publiques

Le gouvernement indonésien a adopté une nouvelle loi suite à la protestation des étudiants non musulmans qui se sont retrouvés forcés de porter un voile afin de pouvoir suivre leur cours dans l’établissement scolaire. Alors que le pays a reconnu officiellement six religions, l’inquiétude s’est amplifié ces dernières années à cause des interprétations conservatrices de l’islam en Indonésie induisant à des actes d’intolérance religieuse.

Les protestations des étudiants et élèves indonésiens

Les militants de la laïcité en Indonésie se sont réjouis à l’annonce de la loi adoptée par le gouvernement, qui interdit aux écoles publiques d’obliger ses étudiants de mettre des tenues religieuses. Les militants ont salué cette initiative en encourageant les autorités à mettre en place des lois laïques. Cette nouvelle loi a été mise en place suite à une protestation d’indignation nationale ayant lieu après que des étudiants non musulmans ont été forcés de porter le voile islamique.

Selon le chercheur de Human Rights Watch, Andreas Harsono, les écoles se trouvant dans les 20 provinces indonésiennes ont obligé leurs élèves et étudiants à mettre des tenues religieuses durant ces dernières années, en l’adoptant comme leur code vestimentaire. C’est pour cette raison que le nouveau décret mis en place par le gouvernement constitue une nouvelle étape positive.

Andreas Harsono a affirmé que plusieurs écoles publiques obligent les enseignantes et les filles à porter des hijabs provoquant ainsi une pression sociale, une intimidation et une brimade qui pousse jusqu’à une démission forcée. 

Indonésie, un pays de tolérance

Le gouvernement indonésien reconnaît officiellement 6 religions, malgré que 90 % de la population est musulmane, toutefois, ces dernières années plusieurs interprétations conservatrices de la religion musulmane ont conduit à la mise en place des règles induisant à l’intolérance religieuse.

L’adoption de la loi contre l’obligation des vêtements religieux dans les écoles publiques constitue un pas de plus pour le gouvernement afin de prouver que l’Indonésie est encore un pays de tolérance et de paix. Selon le ministre de l’éducation, le choix de la religion est une décision personnelle, personne n’a le droit d’obliger les indonésiens ni à porter des vêtements religieux ni de faire des prières selon les horaires de prière en Indonésie.

Catégories
Opinions

“Les musulmans en France sont tenus à respecter la loi française” assure le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, Mohammad Abdelkarim Alissa, a assuré au cours d’un entretien avec le JDD, qu’il apporte tout son encouragement et son soutien au projet que présente la loi française contre le séparatisme, en affirmant qu’il encourage l’idée du président de la République de faire vivre un Islam de France.

Un grand défenseur de la laïcité

L’ex ministre saoudien de la Justice, Mohammad Abdelkarim Alissa, qui est l’un des personnages reconnus du courant sunnite, a toujours défendu l’idée de la laïcité. Il est important de mentionner que Mohammad Abdelkarim Alissa est l’un des porte-voix reconnus mondialement dans le monde sunnite. L’homme de 55 ans a attiré l’attention du monde pour ses propos portant sur la lutte contre le concept des chocs entre les civilisations. En outre, Mohammad Abdelkarim Alissa est connu comme l’une des rares personnes du monde musulman à avoir visité Auschwitz et à réaliser un dialogue des religions. L’ancien ministre de la Justice saoudien assure que les fidèles qui vivent en France sont tenus de se soumettre aux différentes lois de la République ou de partir du pays. 

L’événement tragique de l’assassinat du professeur Samuel Paty

Il y a plus d’un mois, Samuel Paty, le professeur d’histoire géographie a été assassiné à la suite de caricatures du Messager d’Allah (SAW) parues dans Charlies Hebdo qui les a montrées à ses élèves. Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, affirme que cet assassinat constitue un crime terroriste qui n’est pas digne d’un musulman pratiquant sa prière durant les horaires de prière adéquats. En effet, selon lui, l’assassin ne représente en rien l’islam, ce n’est qu’une personne qui représente une idéologie terroriste. Il a assuré qu’il est important de souligner que cet extrémiste en plus d’avoir commis un assassinant il a porté préjudice à l’image de la religion musulmane. 

“Il est essentiel d’avoir la conviction que la valeur des messagers d’Allah est beaucoup plus importante pour pouvoir être atteinte par des dessins irrespectueux” assure le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, en ajoutant qu’il est important de bien lire les recommandations du livre saint en Islam, le Coran.

Catégories
Autres

La chanteuse Mennel retire son voile, relançant le débat du port de voile en islam

La décision de la chanteuse Mennel d’enlever le voile a relancé de nouveau le débat portant sur le voile en France. Selon l’islamologue et philosophe, Razika Adnani, le port du voile n’est pas une obligation coranique.

Que disent les textes coraniques sur le port du voile ?

Il est important de mentionner que l’argument qui est le plus évoqué chez les fidèles qui défendent le port du voile, est que cette pratique est une recommandation incontournable de Allah pour toutes les femmes musulmanes. Selon ces adeptes, cette recommandation divine est mentionnée dans les textes coraniques. Toutefois, le voile qui est constitué de port d’un foulard au niveau de la tête n’existe dans les textes coraniques, puisque la chevelure des femmes musulmanes n’est nullement évoquée dans le livre saint en islam.

Néanmoins, pour défendre le port du voile, les fidèles n’hésitent pas à évoquer sourate An Nur, verset 31. Mais dans ce verset, aussi, les termes de tête ou de chevelure n’apparaissent pas dans le Coran.

Le terme qu’on trouve dans la sourate, est “djouyoub” qui signifie selon la traduction des savants en islam, poitrine alors que certains croient qu’il fait référence au col d’un vêtement. Selon cette explication, la sourate recommande aux femmes musulmanes de couvrir leur poitrine et non pas leur chevelure.

Les adeptes du port du voile s’appuient aussi sur le verset 59 de la sourate Al Ahzab. Le mot “djilbab” mentionné dans ce verset, indique une robe longue qui couvre tout le corps et non pas la tête.

Que doit porter une femme musulmane ?

Selon les savants en islam, le mot “hijab” est abordé uniquement dans sourate Al Ahzab, verset 53. D’après les commentateurs, ce verset demande aux amis et compagnons du Messager d’Allah (SAW) de ne s’adresser aux epouses du Prophète (SAW) que derrière un rideau.

En analysant ces versets, les hommes de la religion ont assuré que la chevelure des femmes faisait partie de ses atours de beauté. Alors que d’autres plus exigeants assurent que le visage, la voix et les mains de la femme font partie de sa beauté, c’est pour cette raison qu’elle doit les cacher du regard des hommes.

Par conséquent, le port du voile repose plus sur l’interprétation de chacun des textes coraniques.

Ce qui est important pour les femmes musulmanes, c’est qu’elles doivent porter le voile pour faire leurs prières obligatoires durant les horaires de prière adéquats.

Catégories
General

Islam : le Coran décodé par des scientifiques

Parce que la religion musulmane n’est pas seulement faire de la prière lors des horaires de prière obligatoire, qu’il est important d’avoir plus de détails sur cette religion.

Qui était Mohamed ? Qui est l’auteur du livre saint en islam ? Que pouvons-nous savoir scientifiquement sur le Coran ?

Guillaume Dye, l’islamologue et l’un des directeurs de l’ouvrage « Le Coran des historiens » apporte toutes les réponses qu’il faut pour vos questions, afin d’éclairer vos connaissances sur la religion musulmane.

Analyse du livre saint en islam

Le professeur d’islamologie à l’Université Libre de Bruxelles, Guillaume Dye, qui est aussi spécialisé dans l’étude coranique et l’histoire des débuts de l’islam, a pu avec l’aide précieuse de ces collègues à effectuer toute une étude de synthèse portant sur le livre saint en islam, le Coran. Une analyse historique, religieuse, littéraire et linguistique, a été réalisé sur ce document datant du 7e siècle.

L’étude de l’islamologue a essayé de comprendre l’emplacement du livre saint en Islam avant qu’une tradition exégétique musulmane se développe sur ce livre saint.

Cette étude a participé à la mise en place d’un ouvrage, où le moment de sa publication a été bien choisi afin de pouvoir faire connaître au grand public, ainsi qu’au monde scientifique le tout nouveau développement qui va révolutionner le monde.

Le Coran est un livre de paix

Dans son ouvrage, l’islamologue a assuré, que certes, toute personne qui veut trouver à tout prix dans le livre saint en islam des légitimations pour justifier ses comportements violents, certainement, il va les trouver, toutefois, il y a aussi dans le livre des sourates qui sont plus pacifiques et qui appellent à la paix.

Selon l’islamologue, c’est au niveau de sourate Al Anfal et sourate At Tawba, qu’on peut retrouver des appels à la violence, or, d’après une analyses historico-critiques ces sourates ont été révélées lorsqu’ils existaient une certaine tension au niveau de la communauté musulmane.

Sorties de leur contexte, les versets peuvent facilement être utilisés à d’autres fins, alors que le Coran, exhorte une conception plus quiétiste.

Le Coran, est la parole même de Dieu qui a été révélé au prophète Mohamed (SAW) par l’intermédiaire de l’archange Gabriel.

Catégories
Médias

Togo | la CONAPP et l’OTR invitent les communes au civisme fiscal

Le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP), en collaboration avec l’Office Togolais des Recettes (OTR), entend mener des actions visant à sensibiliser les différents acteurs des communes, sur l’importance des paiements d’impôts fonciers pour le développement des communautés. C’est sous le thème « les impôts fonciers dans le développement des communes », que s’est tenue le jeudi 30 juillet dernier, au siège de la Maison des Jeunes d’Amadahomé, le lancement de la campagne de sensibilisation sur l’importance des paiements des taxes foncières dans les communes d’Agoe-Nyivé et du Golfe.

Objectifs de la campagne de sensibilisation

Le développement à la base, ne pouvant s’établir véritablement que sur la base des efforts de contribution venant des communautés elles-mêmes, il était important pour ce collège des patrons de presse togolaise représenté par M. Arimiyawo Tchagnon, d’initier avec l’Office Togolais des recettes, cette campagne au bénéfice des différents acteurs des communes de façon générale. Pour l’heure, soulignons que cette sensibilisation compte tout naturellement s’étendre sur 11 des 13 communes que compte la préfecture du Golfe et celle d’Agoe-Nyivé. Cependant, elle ambitionne de couvrir l’ensemble des 39 préfectures subdivisées en 117 communes du Togo. L’objectif étant de faire participer les différentes communautés au développement local, cette initiative se donne comme action, de porter des messages de sensibilisation à l’endroit des élus locaux, des responsables des cantons, des comités cantonaux et des comités villageois de développement, afin que ceux-ci puissent s’engager à mieux faire connaître le bien-fondé de la taxe foncière aux populations.

Rôle des médias

Le rôle des acteurs de média n’étant pas des moindre dans le domaine de la communication, à travers les sites togolais d’information, les journaux togolais en ligne et presses relayant les actualités togolaises, nous pensons que ces journalistes et professionnels, devraient également se saisir de leurs différents canaux de diffusion d’information pour mener à bien l’objectif de ladite campagne. La méthode du porte-à-porte pourrait également contribuer à toucher davantage les populations, afin de permettre à ceux-ci, d’apprécier directement les informations relatives aux calculs des taxes foncières, et l’importance de la contribution qui leur revient dans le processus de développement de leurs communes respectives.
Catégories
Autres

le pays espère faire évoluer son système d’approvisionnement

Selon l’actualité du Togo, le pays importe la totalité de ses besoins en produit pétrolier. En effet, l’importation de ses produits va du diesel au super en passant par Kérosène (JetA1) des avions.

La gestion des produits pétroliers

Au Togo, deux institutions publiques sont essentiellement chargées de gérer le secteur des produits pétroliers. D’une part, on retrouve le CSFPPP, le Comité de suivi des fluctuations des Prix des Produits Pétroliers, qui rassemble les différents ministères, et d’autre part, on peut retrouver la commission technique regroupe essentiellement les représentants des ministères, ainsi que ceux du secteur privés.

Les missions du CSFPPP

Le Comité de suivi des fluctuations des Prix des Produits Pétroliers est l’un des organes chargés de gérer tout en veillant à réguler le secteur pétrolier. En outre, c’est par l’intermédiaire de ce Comité que le Togo peut lancer les appels d’offres. Il est important de rappeler que plusieurs traders qui sont impliqués à fournir les produits pétroliers depuis la zone du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Europe et des marketers (Total, T-Oil) qui constituent les distributeurs font appel au CSFPPP.

Les dispositifs sont très bien structurés

Malgré que ce secteur est surveillé par deux organes, ces derniers jours, des journaux togolais en ligne ont révélé la disparition de plusieurs centaines de milliards de Fcfa. Une information qui a été publiée par plusieurs médias sans avoir une véritable preuve matérielle. Selon les responsables du Comité de suivi des fluctuations des Prix des Produits Pétroliers, il n’y a eu aucune infraction réalisée par une personne chargée d’une mission de service public ou d’un représentant de l’autorité publique. En effet, d’après Togo News, il n’est pas facile de reconnaître sans investigation et sans preuve suffisante qu’une infraction ait été commise avec un montant qui serait selon les réseaux sociaux estimé à plusieurs milliards de FCFA. Il est important de mentionner que le chef d’État, Faure Gnassingbé, a assuré qu’il veillera en personne sur la résolution de l’affaire du pétrole-gate. Le gouvernement a aussi affirmé qu’il jouera la totale transparence dans cette affaire. Sous l’œil bienveillant du président de la République du Togo, Faure Gnassingbé, un audit serait mené afin de vérifier s’il y eu malversation ou pas. Si oui, toutes personnes impliquées seront poursuivis.